Les maladies au jardin, résumé de l’animation du 22/06/19

C’est un très vaste et complexe sujet. Il est impossible de connaître toutes les maladies. L’animation propose donc une approche du sujet.

Qu’est-ce qu’une maladie ?

On peut dire que c’est un accident dans le parcours d’un être vivant, une pathologie préjudiciable. Mais c’est à pondérer : l’immunité s’acquiert au contact de microbes plus ou moins pathogènes.

Une typologie des maladies :

  • les carences (ou excès), ex : carence en azote qui fait jaunir le feuillage.
  • les virus, ex : les mozaïques.
  • les bactéries, ex : feu bactérien.
  • les champignons, ex : le mildiou.
  • les insectes : les insectes piqueurs et suceurs, ex : le puceron, les insectes xylophages, ex : la zeuzère.
  • les araignées, ex : l’araignée rouge qui est en fait un acarien.
  • les autres ravageurs : escargots, limaces, rongeurs…

Comment aborder la maladie ?

Les méthodes « conventionnelles » consistent à disposer d’une solution, le plus souvent chimique, à chaque maladie. On sait qu’à long terme c’est une impasse : impact sur la santé humaine, atteinte à l’environnement et à la biodiversité, développement de résistances…

Depuis le 1er janvier 2019, la loi Labbé interdit la possession et l’utilisation des produits phytosanitaires chimiques aux particuliers.

On doit donc aborder les maladies par des méthodes « biologiques » mais ATTENTION : biologique ne veut pas dire écologique. On peut jardiner avec des produits acceptés en agriculture biologique en gardant la même méthode : pour chaque maladie on  dispose d’une solution bio que le commerce se fera un plaisir de mettre à notre disposition. Ensuite, certains produits acceptés en agriculture biologique ne sont pas sans effets sur l’environnement, ex : la bouillie bordelaise.

Il faut aborder la maladie avec des méthodes compatibles avec le respect de l’environnement et de la biodiversité, ex : la lutte intégrée. Cela nous rapproche des méthodes de la permaculture.

Mais il faut avant tout éviter la maladie !

Comment éviter la maladie ?

  • avoir un sol vivant pour que les plantes puissent se développer correctement. Une plante en bonne santé résistera mieux à la maladie.
  • planter des plantes adaptées au sol, ex : adaptation au PH ou au calcaire, adaption au climat, à l’altitude…
  • semer au bon moment, ex : pour éviter le stress du froid.
  • diversifier les variétés pour ne pas favoriser une maladie spécifique à une espèce.
  • ne pas mettre au même endroit la même culture d’une année sur l’autre.
  • éviter la concentration des mêmes plantes au même endroit. La maladie se propagera très vite.
  • associer les plantes compagnes, ex : œillet d’inde/tomate.
  • favoriser le maximum de biodiversité.

Quelques maladies communes et leurs remèdes :

  • puceron : 1l d’eau +1cm3 de savon noir en pulvérisation.
  • mildiou : 1l d’eau + 1 cm3 de bicarbonate +1cm3 de savon noir en pulvérisation.
  • araignée rouge : bassiner les plan régulièrement.

Il n’est pas possible de donner les réponse à toutes les maladies mais vous pouvez consulter le lien suivant : https://www.jardiner-autrement.fr/categorie/la-boite-a-outils/

 

animation : les maladies au jardin samedi 22 juin à 10 h

Chers amis jardiniers, l’association organise une animation consacrée aux maladies des plantes du jardin ce samedi 22 juin de 10h à 12h dans les Jardins Sigalloux.

Frédéric, jardinier formateur certifié par la Société Nationale d’Horticulteur de France, vous permettra d’identifier les maladies et de trouver des remèdes.

N’hésitez pas à venir avec des feuilles malades ou des insectes suspects.

Faire ses produits de lessive

Le meilleur moyen de savoir ce que contiennent nos produits d’entretien est de les réaliser nous mêmes en utilisant des produits naturels, biodégradables et inoffensifs pour la nature et notre santé.

Ce sont de belles économies à réaliser rapidement et simplement, ce qui ne gâche rien.
Nous avons testé la lessive à la cendre de bois, ce qui nous permet de récupérer les déchets de combustion de l’insert à bois.

La recette:

Tamiser les cendres en prenant la précaution de porter un masque pour éviter d’inhaler les poussières.
Ensuite prendre 4 mesures de cendre pour 8 mesures d’eau.

Remuer et laisser reposer 48 heures ensuite filtrer et mettre en bouteille.
Simple non ?

Et le résultat ? il a dépassé nos espérances. Les couleurs semblent plus vives, le linge est aussi  bien lavé qu’avec un produit du commerce. Que demander de plus ?

Autre solution pour les personnes ne disposant pas ou n’ayant plus de cendres de bois, la lessive de lierre. Le lierre contient des saponines, substance détergente (sapo = savon).

Précaution : certaines personnes peuvent développer des réactions allergiques au contact du lierre, en cas de doute, portez des gants.
Nous l’avons testée ce matin.

Laver les feuilles, les hacher , les tiges sont éliminées.

 

 

Ajouter un litre d’eau, faire bouillir 1/4 d’heure, les feuilles ont tendance à surnager au-dessus de l’eau, il faut tourner régulièrement pour qu’elles restent immergées ou mettre un poids.

Ensuite laisser macérer pendant la nuit avant de filtrer et de mettre en bouteille.

Le résultat ? réponse la semaine prochaine, patience….

Var Matin parle de nous

Dans ce village du Var, il existe un potager extraordinaire envié par la France entière

Frédéric Denizet a hérité d’un gros jardin, familial depuis le XVIIIe siècle, il y a une quinzaine d’années, au Luc.

Frédéric Denizet a hérité d’un gros jardin, familial depuis le XVIIIe siècle, il y a une quinzaine d’années. Cette campagne Sigalloux, située route des Mayons, vient d’être honorée par l’attribution du premier prix au concours des jardins potagers de France, dont le jury s’est déplacé en décembre dernier.

Invités tout récemment à Paris, sans savoir qu’ils étaient lauréats, l’ancien instituteur et sa compagne, Annick Hubens, herboriste de formation, y ont reçu leur plaque distinctive.

Ce Prix des potagers de France, décerné par la Société nationale d’horticulture française, constitue une reconnaissance enviable…

Et souligne un savoir-faire rare, dans le respect de la nature. Les trois hectares et demi du Sigalloux abritent une multitude de trésors, d’odeurs et de couleurs. Un verger, des fleurs, une roseraie, des plantes aromatiques et quelques ruches.

FORMATEURS CERTIFIÉS

La mamie (Mme Sigalloux) doit être fière de sa descendance ! Car ici, tout n’est pas dédié à une production privée et commercialisable. Plutôt « au partage et à la transmission », comme Frédéric Denizet l’a détaillé, lors d’un rapide discours marquant la présentation des lieux, avant l’apéritif de bienvenue. « Des bénévoles viennent nous aider et nous formons des adultes, des écoliers, des personnes handicapées lors d’ateliers conseils en jardinage, au gré des saisons… »

Comment planter, les maladies du jardin, un atelier de semis, un troc aux plantes, l’art de l’arrosage ou la préparation des sols sont autant d’étapes détaillées lors de ces échanges mensuels.

Formateurs certifiés, Frédéric et Annick n’ont de cesse de poursuivre leur vocation sur fond de permaculture (un mode d’action qui prend en considération la biodiversité de chaque écosystème). Pan utile à la transmission et complément économique, leur gîte se complaît dans un environnement de superbe qualité. Que n’aurait pas renié Mamie Sigalloux…

Venez fêter la nature avec nous

Ce dimanche 19 mai 2019, venez nous rejoindre aux Jardins Sigalloux.

Catherine Baxa animera une conférence sur le Chamanisme à 10h30 puis un atelier de modelage ! Vente de pierres de gratitude peintes par ses soins et de morceaux de bois remarquables.
Michel vous fera découvrir le vin de romarin et notre Chef Gregory vous réserve des surprises culinaires en dégustation.
Annik vous convie à  une conférence sur l’histoire des  plantes médicinales.
Un atelier de fabrication d’hôtel à insectes est prévu pour les enfants qui pourront repartir avec leur création.
Visites des jardins primés en 2017 et 2018 et d’autres animations sont au rendez-vous de cette fête de la nature.

Atelier purins de plantes

Notre atelier mensuel démarrera à 9:00 en raison du troc aux plants.

Nous apprendrons à préparer des extraits fermentés de plantes pour soigner les maladies au jardin mais également pour les prévenir.

Apportez un contenant, vous repartirez avec un échantillon de purin de prêle.

Les conditions de participation restent inchangées: 10 € l’atelier et l’inscription à notre Association.

Le purin de Prêle pur est dilué à 10 % après macération et servira pour la pulvérisation des plantes

Troc/bourse aux plants

Nous organisons notre 5ème bourse/troc aux plants dans le cadre magnifique des Jardins Sigalloux,
Vous avez des surplus de plants, des graines en trop, des magazines de jardinage que nous ne lisez plus ? Venez les échanger.
Vous connaissez des trucs et des astuces pour avoir un beau potager ou de jolies fleurs ? Venez partager votre expérience  !

Vous démarrez votre jardin et vous n’avez rien à échanger ? il y aura des plants de tomates anciennes, des bulbes de safran, plusieurs variétés de basilic, des aromatiques et quelques fruitiers en vente. Mais également des conseils pour bien démarrer votre jardin.
Apportez votre pique nique et venez passer un moment convivial avec nous.
Possibilité de restauration sur place ): assiette printanière, en dessert une île flottante au safran et aux amandes grillées, un verre de vin rouge au prix de 15 €. Menu enfant (plat et dessert, un jus de fruits bio) au prix de 8 €

Atelier semis ce samedi 23 mars à 10 heures

Le printemps est arrivé ! il n’est pas trop tard mais grand temps de réaliser ses semis.

Oui mais, quel terreau choisir ? à quelle profondeur semer ? pourquoi mettre ses graines au frigo ? comment arroser ? à quelle température  ?

Nous essaierons de répondre au mieux à vos questions sur ce sujet.

Rendez-vous samedi à 10 heures.

Pour rappel, les ateliers sont ouverts aux membres de l’association (15 € par personne, 20 € par couple pour une année), participation aux frais de 10 € par atelier.

Semis en plaque alvéolée, des graines de Laitue ‘Gotte Jaune d’Or’ sont semées dans chaque alvéole

Résumé de l’animation « Le plan du potager »

Faire un plan de son potager relève du défi tant il y a de paramètres dont on doit tenir compte.

Pour faire simple:

  • on fait la liste des légumes que l’on va installer au potager
  • on les classe suivant leur famille botanique
  • on évite de mettre des légumes appartenant à la même famille les uns près des autres parce qu’ils ont les mêmes besoins et ils souffrent des mêmes maladies.
  • on tient compte des besoins de la plante en soleil ou ombrage, ce qui nécessite au préalable une observation de son terrain.
  • on tient compte des besoins en eau des plantes, certaines étant plus gourmandes que d’autres. Par exemple, on évitera de mettre un céleri qui, à l’origine, est une plante de marais auprès du thym qui a besoin de sécheresse pour donner le meilleur de lui même.
  • dans le sud, on crée des zones d’ombre grâce aux plants de tomates, à des plantes hautes comme les tournesols, à des grillages qui accueilleront les concombres etc…
  • on tient compte des associations de légumes: certains s’apprécient, d’autres se repoussent. Les plantes émettent des principes actifs via leurs racines qui peuvent profiter ou au contraire nuire aux voisins.
  • on inclut des fleurs utiles aux insectes mais également qui peuvent jouer un rôle de prévention dans les maladies. Nous citerons les œillets d’Inde qui protègent les plants de tomate des nématodes.
  • on fait son plan soit sur l’ordinateur soit sur une feuille de papier. N’oubliez pas de le conserver précieusement, il vous sera utile pour l’année prochaine.N’hésitez pas à laisser vos commentaires, vos suggestions et à partager vos expériences.