Bio ? vous avez dit bio ?

Au cours d’une conversation anodine, il se dit : « … de toute façon le bio c’est une arnaque, c’est juste un moyen de faire payer plus cher, mais les pesticides sont de toute façon présents dans l’eau d’arrosage… »

Une mise au point s’impose, pas toujours facile à placer dans la conversation :

  • Bio ne signifie pas « écologique ». Certains agriculteurs sont certifiés en bio mais conduisent leur exploitation de manière peu écologique : mauvaise gestion de l’eau, usage abusif des plastiques, machines polluantes… Par ailleurs certains agriculteurs non certifiés en bio ont un grand souci de l’écologie.
  • Bio ne signifie pas que les produits auront nécessairement un meilleur goût.
  • Bio ne signifie pas que les produits ne contiendront aucun pesticide, c’est une obligation de moyen très contraignante, pas une obligation de résultat.

Alors pourquoi Bio ? 

Il faut d’abord savoir qu’en agriculture « conventionnelle » on nourrit directement la plante avec des engrais et qu’on utilise des molécules de synthèse (des molécules qui n’existent pas à l’état naturel) pour tuer les herbes et les êtres vivants indésirables (bactéries, champignons, insectes, araignées…). C’est 80000 tonnes de produits chimiques purs qui sont épandues en France chaque année. Des centaines de molécules de synthèse dont on n’a pas évalué les effets à long terme.

En agriculture biologique on nourrit la terre avec des engrais organiques pour que la terre nourrisse la plante. On n’utilise que des produits naturellement présents dans la nature. On ne cherche pas à éradiquer les prédateurs mais à limiter leurs dégâts.

Alors pourquoi Bio ! ?

  • le bio garantit la préservation de la terre : une terre vivante est une terre qui produit. En France, plus de la moitié des terres cultivables sont stérilisées par une agriculture « conventionnelle » intensive qui dépend entièrement de l’industrie chimique. S’il y a des horticulteurs bio c’est parce que ces horticulteurs ne veulent pas participer à l’épuisement des sols et à leur pollution par les produits chimiques.
  • le bio garantit des eaux sans produits chimiques. Tous les produits chimiques finissent dans un cours d’eau ou une nappe phréatique. Le traitement de l’eau coûte cher. Si le traitement de l’eau était facturé aux pollueurs, les produits non bio seraient plus chers que les produits bio.
  • le bio garantit la préservation des espèces et tout particulièrement des insectes, dont les abeilles essentielles pour la pollinisation donc pour la production de fruits par exemple. Mais un grand nombre d’oiseaux est insectivore. La disparition des insectes provoque la disparition de beaucoup d’oiseaux et laisse le champ libre à des ravageurs qui n’auront plus de prédateurs.

Qu’on le veuille ou non, à moyen terme ou à long terme, le bio est l’avenir de l’agriculture parce que l’agriculture conventionnelle ne pourra pas continuer indéfiniment sans épuisement des sols et des ressources.

Oui mais manger bio ça coûte cher et tout le monde ne peut pas se le permettre !

Les produits bio sont en effet plus cher… mais :

  • On peut manger moins de viande mais de la viande bio de meilleure qualité, une ou 2 fois par semaine.
  • Globalement, on peut manger moins mais des produits bio de qualité, ça évite de faire des régimes pour mincir.
  • On peut cuisiner à partir de produits de base plutôt que d’acheter des produits préparés (si ! si ! c’est un père élevant seul ses enfants, avec un emploi à plein temps et une maison à refaire qui le dit).
  • On peut manger des produits exclusivement de saison et se passer de tomates à Noël.
  • On peut se passer de sodas, de chips, de charcuteries, de bonbons…
  • La bonne nouvelle c’est que finalement on dépense moins, on se porte beaucoup mieux, et on se régale quand même !

Moi, j’aime mes enfants et je me sens responsables envers eux. Je veux pour eux une alimentation saine et un monde durable pour leur avenir.

vue 9

L’association Sigalloux se consacre à l’éducation à l’environnement pour renouer avec la nature qui nous nourrit. L’association soutient naturellement l’agriculture biologique.

 

 

Frédéric DENIZET

A propos Frédéric DENIZET

Président fondateur de l'association et propriétaire de la Campagne Sigalloux.

5 Commentaires

  1. Sornicle-Balestro Catherine

    Merci Frédéric, je m’endormirai plus instruite sur ce sujet un peu nébuleux jusqu’à présent! Au réveil, je serai plus informée et plus inspirée quant à mes choix!

  2. Retour Pingecce terra, le restaurant responsable est ouvert

  3. Retour PingCOP 21 et après ? - Association Sigalloux

  4. Retour Pingvisite des élèves de 4ème du collège du Luc - Association Sigalloux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *