Frédéric chasse le campagnol

Depuis la mise en terre des bulbes de safran, Frédéric s’est aperçu qu’il en manquait à l’appel. Il s’est alors questionné et a trouvé sa réponse : un petit rongeur souterrain (un campagnol) en était la cause.

Pour essayer de diminuer les dégâts, il a acheté un piège.

petit tas de terre rejeté par le campagnol quand il creuse une galerie

Le petits tas de terre fine trahit la présence d’une galerie.

Frédéric enfonce le tuyau pour faire un trou dans lequel le piège sera posé.

Préparation du trou à l’aplomb d’une galerie, à l’aide d’un tuyau qui sert à retirer la terre.

Frédéric prépare le piège.

Le piège est préparé. Quand le campagnol passera par l’ouverture, il touchera la fine tige de métal qui provoquera la chute du piston compressé par un ressort.

Le cylindre du piège dans le trou.

Le piège est placé dans le trou, cette fois il est armé

Le campagnol n’a pas eu le temps de voir la mort venir…

 Ce n’est pas amusant de tuer des animaux mais il faut choisir : si on les laisse faire, la population va très vite s’accroître et la culture va être dévastée.

2 Commentaires

  1. Favoriser les prédateurs naturels en plaçant des perchoirs à rapace est facile et efficace: il s’agit de planter un bâton ou un T à 1,5 m de hauteur au milieu de la safranière. Cela ne coûte au plus que l’effort de la plantation…un coup de une masse et la joie de les voir bosser pour nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *